FL@33

multi-disciplinary
design studio

PRESS ARCHIVE
 

Libération, Au net: Un site à la loupe, Les animaux se crient en multilangue, by Morwenna Prigent, on bzzzpeek.com, with FL@33 interview excerpts, p.27, France, 9 November 2004 (French)
___


Libération, 9 November 2004

LIBÉRATION | LES ANIMAUX SE CRIENT EN MULTILANGUE
Ça caquette, ça grogne, ça aboie. Vingt-quatre cris d'animaux, cinq sirènes d'alarme, un coucou d'horloge suisse. Tous interprétés par des enfants de 2 à 7 ans, venus de tous les coins du monde. Notre cocorico se transforme en kikiriki pour les Espagnols et les Danois. Au Pakistan, c'est juste deux syllabes: courou. Dépaysement garanti. A l'origine de ce site anglais, la Française Agathe Jacquillat et l'Allemand (l'Autrichien) Tomi Vollauschek. A leur sortie du Royal College of Arts londonien, ils fondent Flat33 (FL@33), une entreprise sur le Net qui vend des sites ou des illustrations. Ayant remarqué que dans leurs pays respectifs la perception des cris d'animaux différait, ils créent, en 2002, un site d'onomatopées comparées. Ils enregistrent les enfants de la famille, des amis et finissent dans la rue à la recherche d'un petit Chinois ou Bulgare se prêtant au jeu. «Une fois, on a passé quatre heures dans le hall d'un hôtel pour enristrer un jeune Pakistanais face à une cohue de badauds captivés», se souvient Agathe Jacquillat. Devinette: comment l'enfant japonais restitue-t-il le sifflement du serpent? Par le son yello yello... «On n'a pas retranscrit les bruits par écrit. Ce n'est pas le même travail. On a voulu utiliser Internet dans toute sa splendeur avec la nouveauté de l'oral. Les enfants n'écrivent pas les sons. Ils les font», justifie la jeune femme. C'est un succès. Ils sont primés au festival Ars Electronica en 2003. Chacun peut envoyer la voix de sa progéniture que sera intégrée au site, s'il s'agit d'une langue non encore utilisée. «On est ravis et on a envie de récolter encore plus de cris», explique Agathe Jacquillat. Une quinzaine de langues figurent déjà sure le site. Du russe au coréen en passant par l'arabe. Des écoles britanniques les ont contactés pour utiliser leur travail à titre éducatif. «Ça permet aux enfants de connaître d'autres cultures, une façon de faire le tour du monde et c'est devenu un site international.» | Morweena Prigent | bzzzpeek.com

Libération, 9 November 2004

Libération, 9 November 2004

 

transparent for Imageloading
top